Tamara
Aux marges

Tamara de Lempicka était une artiste très controversée, une femme bisexuelle qui a été deux fois dans sa vie victime, puis capable de renaître des persécutions des bolcheviks puis des nazis, objet de stéréotypes même de la part de ceux qui l’accusaient de snobisme alors qu’elle avait survécu à la pauvreté et à la misère.
Elle est née à Varsovie, en Pologne, en 1898, dans une famille juive aisée, d’une mère polonaise et d’un père russe, qui est mort prématurément alors qu’elle n’avait que cinq ans. En 1917, au début de la Révolution Russe, sa famille fuit le pays, tandis que Tamara et son mari, qui militait dans les rangs de la contre-révolution, restent et ont une fille. Leur maison est attaquée par les bolcheviks en pleine nuit, le mari de Tamara est arrêté et sa maison saccagée. Elle le recherche dans les prisons et après plusieurs semaines, avec l’aide du consul suédois, obtient sa libération.

Tamara s’enfuit avec son mari et sa fille à Copenhague, où elle rejoint ses parents, puis se rend à Londres, avant de s’installer à Paris.

Arrivée à Paris, sans argent et son mari refusant de travailler, elle est contrainte de vendre tous ses bijoux et commence à peindre sur commande. À l’époque, la scène artistique était l’expression de la classe moyenne et nombre de ses membres aimaient se faire passer pour des pauvres afin de se moquer de la classe moyenne supérieure et critiquaient Tamara pour son origine bourgeoise. Mais elle n’était qu’une femme qui essayait de ne pas mourir de faim avec son mari et sa fille.

Néanmoins, ils lui reprochaient constamment de travailler pour les riches. En réalité, sa conduite était dictée par l’instinct de survie. Elle a travaillé avec détermination et prévoyance pour traiter les commandes jusqu’à ce qu’elle soit prospère et financièrement stable.

Quand les gens regardent un homme riche qui aime les belles choses, ils disent qu’il a bon goût. Lorsqu’une femme fait de même, on dit qu’elle est superficielle. Elle a eu une vie difficile, pleine de hauts et de bas, d’épreuves qu’elle a surmontées elle-même en travaillant dur, et on l’a traitée de gâtée. Tamara méritait mieux et son héritage mérite plus que ce que le patriarcat a fait.

Tamara Aux marges
placeholder

Projet de:

avec la collaboration de:

Media partner 2023:

Logo Luce! Logo quotitiano nazionale

Con il patrocinio 2024 di:

Logo Deloitte

Avec le parrainage 2023 de :

Logo Ministero della Cultura
Logo commissione europea Représentation en Italie
Logo RAI Sostenibilità
Logo pubblicita progresso
Logo AsviS
Logo inclusione donna